La galerie de Patricia GILLES peintre amateur

 

Hommage à trois peintres

 

Cadre champêtre, GIORGIONE peint
Tableau de rêve, couleurs subtiles
En souvenir du maître TITIEN
Prend la relève et s'y maintient

Envie d'un déjeuner sur l'herbe
Nappe fleurie, couverts assortis
Canapés, douceurs, telle la gerbe
Amis de MANET seraient ravis

Nature morte, ou endormie
Plus belle oeuvre ,jamais égalée
Mise en peinture, à l'infinie

Couleur du monde en exaltée 

                                                                                              Orlane

Essai d'aquarelle

Je m'installe. J'ai là, dans une boîte ouverte,
La gamme des tons clairs ou foncés qu'il me faut.
Mon pliant met son x entre deux touffes vertes ;
Et, largement, sur mes genoux, luit, découverte,
La feuille blanche sans défaut.

Alors, avec lenteur, mon regard se déploie :
Au loin, sous le ciel clair, s'estompe un côteau bleu...
Dans un fouillis boisé des toitures rougeoient...
Ma main, qui s'aventure en frémissant de joie,
Commence à crayonner un peu

Le chemin que j'ai pris pour venir tourne à droite,
Et fuit, au second plan, vers des buissons serrés...
Sur la gauche, est un tremble où du soleil miroite :
Je cherche vainement quel tube de ma boîte
Contient ce reflet gris-doré...

De la place où je suis, tout le coeur du village
S'aperçoit, dominant un petit vallon frais ;
Le clocher de l'église émerge du feuillage ;
Et, colorant soudain de rose un blanc nuage,
Le chaud soleil descend en paix.

Miracle de beauté, de richesse et de vie.
Une lumière égale enveloppe à la fois
Les objets confondus qu'elle diversifie ;
Et l'atmosphère blonde à son tour unifie
Sentier, côteau, village et bois.

Marguerite Duportal ( Extrait-Le Prisme des heures. )

 

Couleurs de « pastel »

 

Blanc comme la pureté d'une cascade

Bleu comme l'azur sur fond d'océan

Jaune comme les rayons du soleil

Vert comme les paturages de montagnes

Rose comme la caresse d'une mère

Rouge comme un baiser d'amour

Orange comme les fruits de l'été

Gris comme certains jours de pluie

Noir n'est plus qu'un accessoire

Violet, marron ou encore ocre

Couleurs pâles ou vives

Couleurs de mes rêves

Couleurs de mes inspirations

Couleurs de mon « moi »

Couleurs de poèmes ou de proverbes

Couleurs de fées, d'anges ou de licornes

Couleurs de fleurs et de paysages

Couleurs de regards-tendresses

Couleurs d'yeux souriants ou songeurs

Couleurs d'un monde meilleur

Alors rêvez avec moi un court instant

Bon voyage dans l'univers de mes songes…

 

                                                                                         NADI

"La peinture est une poésie qui se voit au lieu de se sentir et la poésie est une peinture qui se sent au lieu de se voir."

                                                                            Léonard de Vinci

Le peintre

Encombré de pinceaux et de son chevalet,
De tubes de peinture et d'un vieux tabouret,
Chaque jour il s'installe au mitan de la lande,
Silhouette fragile perdue dans les lavandes.

Il peint les murs crayeux de la Sainte Victoire
Dont l'ombre illuminée tout hachurée de noir
Surplombe la garrigue et la campagne aixoise
Harassée de chaleur sous le ciel bleu turquoise.

Il pose sur la toile des touches de lumière,
Etincelles dorées qui  se mêlent au roux
De la terre et de l'ocre en taches circulaires.

L'homme est très vieux, très doux. Mais brûlant d'émotion,
Il est comme un dieu Pan brûlé par la passion.
Son clair regard ridé semble celui d'un fou.

                                                                Vette de Fonclare

Chanson des peintres

Laques aux teintes de groseilles
Avec vous on fait des merveilles,
On fait des lèvres sans pareilles.

Ocres jaunes, rouges et bruns
Vous avez comme les parfums
Et les tons des pays défunts.

Toi, blanc de céruse moderne
Sur la toile tu luis, lanterne
Chassant la nuit et l'ennui terne.

Outremers, Cobalts, Vermillons,
Cadmium qui vaux des millions,
De vous nous nous émerveillons.

Et l'on met tout ça sur des toiles
Et l'on peint des femmes sans voiles
Et le soleil et les étoiles.

Et l'on gagne très peu d'argent,
L'acheteur en ce temps changeant
N'étant pas très intelligent.

Qu'importe ! on vit de la rosée,
En te surprenant irisée,
Belle nature, bien posée.

Pluriel féminin
Je suis encombré des amours perdues,
Je suis effaré des amours offertes.
Vous voici pointer, jeunes feuilles vertes.
Il faut vous payer, noces qui sont dues.

La neige descend, plumes assidues.
Hiver en retard, tu me déconcertes.
Froideur des amis, tu m'étonnes, certes.
Et mes routes sont désertes, ardues.

Amours neuves, et vous amours passées,
Vous vous emmêlez trop dans mes pensées
En des discordances éoliennes.

Printemps, viens donc vite et de tes poussées
D'un balai d'églantines insensées
Chasse de mon coeur les amours anciennes !

                                                                                    Charles Cros

"Cézanne peint"

Album Hommage Michel Berger

Silence les grillons
Sur les branches immobiles
Les arbres font des rayons
Et des ombres subtiles
Silence dans la maison
Silence sur la colline
Ces parfums qu'on devine
C'est l'odeur de saison
Mais voilà l'homme
Sous son chapeau de paille
Des taches plein sa blouse
Et sa barbe en bataille

Cézanne peint
Il laisse s'accomplir la magie de ses mains
Cézanne peint
Et il éclaire le monde pour nos yeux qui voient rien
Si le bonheur existe
C'est une épreuve d'artiste
Cézanne le sait bien

Vibre la lumière
Chantez les couleurs
Il y met sa vie
Le bruit de son coeur
Et comme un bateau
Porté par sa voile
Doucement le pinceau
Glisse sur la toile
Et voilà l'homme
Qui croise avec ses yeux
Le temps d'un éclair
Le regard des dieux

Cézanne peint
Il laisse s'accomplir le prodige de ses mains
Cézanne peint
Et il éclaire le monde pour nos yeux qui voient rien
Si le bonheur existe
C'est une épreuve d'artiste
Cézanne le sait bien
Quand Cézanne peint
Cézanne peint

 
LES TOURNESOLS
 
Mon prince noir et famélique
Ma pauvre graine de clodo
Toi qui vécus fantomatique
En peignant tes vieux godillots
Toi qui allais la dalle en pente
Toi qu'on jetait dans le ruisseau
Qui grelottais dans ta soupente
En inventant un art nouveau
T'étais zéro au Top cinquante
T'étais pas branché comme il faut
Avec ta gueule hallucinante
Pour attirer les capitaux

Mais dans un coffre climatisé
Au pays du Soleil-Levant
Tes tournesols à l'air penché
Dorment dans leur prison d'argent
Leurs têtes à jamais figées
Ne verront plus les soirs d'errance
Le soleil fauve se coucher
Sur la campagne de Provence

Tu allais ainsi dans la vie
Comme un chien dans un jeu de quilles
La bourgeoisie de pacotille
Te faisait le coup du mépris
Et tu plongeais dans les ténèbres
Et tu noyais dans les bistrots
L'absinthe à tes pensées funèbres
Comme la lame d'un couteau
Tu valais rien au hit-parade
Ni à la une des journaux
Toi qui vécus dans la panade
Sans vendre un seul de tes tableaux

Mais dans un coffre climatisé
Au pays du Soleil-Levant
Tes tournesols à l'air penché
Dorment dans leur prison d'argent
Leurs têtes à jamais figées
Ne verront plus les soirs d'errance
Le soleil fauve se coucher
Sur la campagne de Provence

Dans ta palette frémissante
De soufre pâle et d'infini
Ta peinture comme un défi
Lance une plainte flamboyante
Dans ce monde aux valeurs croulantes
Vincent ma fleur mon bel oiseau
Te voilà donc Eldorado
De la bourgeoisie triomphante
Te voilà star du Top cinquante
Te voilà branché comme il faut
C'est dans ta gueule hallucinante
Qu'ils ont placé leurs capitaux

Mais dans un coffre climatisé
Au pays du Soleil-Levant
Tes tournesols à l'air penché
Dorment dans leur prison d'argent
Leurs têtes à jamais figées
Ne verront plus les soirs d'errance
Le soleil fauve se coucher
Sur la campagne de Provence

                                                          Jean Ferrat
 
 
Le travail du peintre
A Picasso.

I

Entoure ce citron de blanc d'œuf informe
Enrobe ce blanc d'œuf d'un azur souple et fin
La ligne droite et noire a beau venir de toi
L'aube est derrière ton tableau

Et des murs innombrables croulent
Derrière ton tableau et toi l'oeil fixe
Comme un aveugle comme un fou
Tu dresses une haute épée vers le vide

Une main pourquoi pas une seconde main
Et pourquoi pas la bouche nue comme une plume
Pourquoi pas un sourire et pourquoi pas des larmes
Tout au bord de la toile où jouent les petits clous

Voici le jour d'autrui laisse aux ombres leur chance
Et d'un seul mouvement des paupières renonce
II

Tu dressais une haute épée
Comme un drapeau au vent contraire
Tu dressais ton regard contre l'ombre et le vent
Des ténèbres confondantes

Tu n'as pas voulu partager
II n'y a rien à attendre de rien
La pierre ne tombera pas sur toi
Ni l'éloge complaisant

Dur contempteur avance en renonçant
Le plaisir naît au sein de ton refus
L'art pourrait être une grimace
Tu le réduis à n'être qu'une porte

Ouverte par laquelle entre la vie


III

Et l'image conventionnelle du raisin
Posé sur le tapis l'image
Conventionnelle de l'épée

Dressée vers le vide point d'exclamation
Point de stupeur et d'hébétude
Qui donc pourra me la reprocher

Qui donc pourra te reprocher la pose
Immémoriale de tout homme en proie à l'ombre
Les autres sont de l'ombre mais les autres portent
Un fardeau aussi lourd que le tien
Tu es une des branches de l'étoile d'ombre
Qui détermine la lumière

Ils ne nous font pas rire ceux qui parlent d'ombre
Dans les souterrains de la mort
Ceux qui croient au désastre et qui charment leur mort

De mille et une vanités sans une épine
Nous nous portons notre sac de charbon
A l'incendie qui nous confond


IV

Tout commence par des images
Disaient les fous frères de rien
Moi je relie par des images
Toutes les aubes au grand jour

J'ai la meilleure conscience
De nos désirs Sa sont gentils

Doux et violents comme des faux
Dans l'herbe tendre et rougissante

Aujourd'hui nous voulons manger
Ensemble ou bien jouer et rire
Aujourd'hui je voudrais aller
En U. R. S. S. ou bien me reposer

Avec mon cœur à l'épousée
Avec le pouvoir de bien faire
Et l'espoir fort comme une gerbe
De mains liées sur un baiser


V

Picasso mon ami dément
Mon ami sage hors frontières
II n'y a rien sur notre terre
Qui ne soit plus pur que ton nom

J'aime à le dire j'aime à dire
Que tous tes gestes sont signés
Car à partir de là les hommes
Sont justifiés à leur grandeur

Et leur grandeur est différente
Et leur grandeur est tout égale
Elle se tient sur le pavé
Elle se dent sur leurs désirs


VI

Toujours c'est une affaire d'algues
De chevelures de terrains
Une affaire d'amis sincères
Avec des fièvres de fruits mûrs

De morts anciennes de fleurs jeunes
Dans des bouquets incorruptibles
Et la vie donne tout son cœur
Et la mort donne son secret

Une affaire d'amis sincères
A travers les âges parents
La création quotidienne
Dans le bonjour indifférent


VII

Rideau il n'y a pas de rideau
Mais quelques marches à monter

Quelques marches à construire
Sans fatigue et sans soucis
Le travail deviendra un plaisir
Nous n'en avons jamais douté nous savons bien
Que la souffrance est en surcharge et nous voulons
Des textes neufs des toiles vierges après l'amour

Des yeux comme des enclumes
La vue comme l'horizon
Des mains au seuil de connaître
Comme biscuits dans du vin

Et le seul but d'être premier partout
Jour partagé caresse sans degré
Cher camarade à toi d'être premier
Dernier au monde en un monde premier

- 1945 -

Ce poème provient du recueil intitulé " Poésie inintérompue "
 
 
 
 


30/07/2008
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Arts & Design pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres